OAWEEK : Comment publier en Open Access ? Faut-il nécessairement payer des frais (APC) ?

Source : BUPMC

Source : BUPMC

L’Europe et la France exigent désormais que les résultats de la recherche financée par des fonds publics soient mis à la disposition du public, c’est-à-dire en accès libre. Pour se conformer à cette nouvelle exigence, les chercheurs se tournent vers les éditeurs qui proposent des revues en Open Access. Mais en contrepartie, la plupart des éditeurs réclament aux auteurs des frais de publication (APC). Ces frais se montent à 1500 € par article en moyenne, si la revue est entièrement en accès libre : c’est ce qu’on appelle le « Gold Open Access » ou « Voie dorée » car, comme son nom l’indique, elle est payante. Une variante courante dans le domaine des sciences de la vie est la voie « hybride » : l’éditeur conserve une revue classique, accessible uniquement sur abonnement, mais il propose aux auteurs qui le souhaitent de payer une « option de libre accès » de 2500 € en moyenne pour leur article, ce qui leur permet de cumuler les revenus de l’abonnement avec ceux des frais de publication !

Alors, est-il possible de publier en Open Access sans payer ?

En réalité, il existe d’autres moyens de diffuser ses publications librement et sans débourser un centime. C’est la « voie verte » de l’Open Access.
En parallèle de la publication, le chercheur peut déposer une version de son document sur une « archive ouverte », c’est-à-dire une plateforme institutionnelle (ex : PubmedCentral, OpenAire, HAL…). En réalité, pour être conforme aux règles de financement, il faut impérativement déposer son document dans une archive ouverte, même s’il est publié par l’éditeur en Open Access, car seules les archives ouvertes garantissent un accès à long terme.
L’opération en elle-même est très rapide : il suffit de faire glisser le fichier PDF de l’article et remplir un formulaire pour son référencement.
Mais comment est-ce possible légalement ? L’auteur n’a-t-il pas cédé tous ses droits à l’éditeur lorsqu’il a accepté la publication ? Sur ce point, la loi évolue sous la pression de l’opinion publique et des communautés de chercheurs, les éditeurs ont progressivement reconnu aux chercheurs le droit de déposer leur production en parallèle sur un serveur institutionnel, moyennant quelques restrictions (embargo, version auteur…). Mais pas de panique ! C’est très simple, grâce à un petit utilitaire en ligne, dissem.in, qui calcule automatiquement pour un auteur la liste des articles qu’il pourrait mettre en accès libre, en accord avec le contrat d’édition.

En résumé, pour publier en libre accès, mieux vaut privilégier la voie verte ! Et s’il n’est pas toujours possible d’éviter les frais de publications, il faut au moins boycotter la solution hybride, qui revient à payer deux fois pour le même article.

Pour aller plus loin :

• Le site Couperin de l’accès ouvert en France : http://openaccess.couperin.org/
• Exposition sur « Les enjeux de l’Open Access » par l’Université d’Evry : http://www.openaccessweek.univ-evry.fr/

Solenn Bihan

Une réflexion sur “OAWEEK : Comment publier en Open Access ? Faut-il nécessairement payer des frais (APC) ?

  1. Pingback: OAWEEK : Comment trouver facilement les articles en accès libre ? | C'est pas demain la veille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s