It’s, Oh,so quiet!

Pour mon deuxième billet sur ce blog, j’ai décidé d’IN-NO-VER. C’est très à la mode en ce moment, alors j’ai décidé de faire un billet IN-NO-VANT. Voilà.

Je vous propose donc …. (Attention attention ! Roulements de tambour… ) de lire ce billet avec une trame sonore en arrière plan !! (Ta daaaaaaaaaa! Innovation quand tu nous tiens ! ) Et cela ne ne va pas forcément nous rajeunir, puisqu’il s’agit d’écouter une chanson  de Bjork, sortie en 1995, dont le début pourrait presque (presque!) être un hymne à la bibliothécaire à chignon…

« It’s Oh, so quiet, it’s Oh So still… » Tout est silencieux, si calme, Ssssh Ssssh…

C’est bon, ça y est vous êtes dans l’ambiance… Les étudiants ronronnent à leurs tables, les pages se tournent, les claviers claviottent, Tout est si silencieux, tout est si calme, ssssh , sssh…

Je ne sais pas vous, mais à chaque fois qu’il est question de bruit et de silence en bibliothèque, c’est ce clip qui me vient en tête, et très précisément le moment où tout bascule. ( … « you’re all alone, and so peacefull until…. » )

Sur le mode de la comédie musicale, les passants se réveillent, sortent des magasins en sautant, traversent la rue en faisant la roue, sortent joyeusement des boîtes aux lettres et des poubelles… Les voilà, nos étudiants qui font un saut de chat pour venir en formation , un triple loops piqué pour s’assurer du retour de leurs livres en banque de prêt, le chariot de retour qui se transforme en cheval d’arçon, franchi joyeusement par des collègues qui grimpent sur les étagères pour ranger les livres, façon Gene Kelly… La bibliothèque, façon Broadway, mais je m’égare…

En tout cas , je suis tombée récemment dans Courrier International sur la traduction d’un article de Shin Su-Ji publié le 07 janvier dans le Daily Hankook de Séoul. J’y ai découvert qu’un certain nombre d’étudiants coréens étaient fans d’un certain type d’applications… Bruyantes ! Je m’explique : pour se concentrer, les étudiants, casque sur les oreilles, écoutent des fichiers son téléchargés qui diffusent une sorte de brouhaha, un arrière-fond sonore qui pourrait ressembler à ce que l’on retrouve dans un café (bruit de tasses qui s’entrechoquent, conversation en sourdine d’autres clients… ). Pour certains usagers, se concentrer dans un environnement trop silencieux est impossible. Ils font le choix de se créer une bulle sonore, dans laquelle ils se trouvent bien, et qui dissiperait selon eux le sentiment de solitude, améliorant ainsi leurs capacités de concentration. Voilà qui me fait réfléchir, à un moment où de nombreuses bibliothèques (dont les nôtres) se posent la question de la gestion du bruit, dans des espaces différenciés.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Perrine Cambier Meerschman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s