Des cravates, des graines, des guitares….

Unusual-things-you-can-check-out-at-libraries-around-the-world-infographic-840x2184

La lecture d’un article paru dans le journal québécois Le Devoir m’a donné envie de revenir ici sur l’offre atypique d’objets proposés par certaines bibliothèques actuelles. Intitulé « De vie, de jeu et de silence », l’auteur y prend la bibliothèque Marc-Favreau à Montréal comme exemple de ces bibliothèques qui cherchent à s’émanciper d’un modèle classique pour proposer de nouveaux services et se rapprocher de la notion de « bibliothèque troisième lieu », après la maison et le travail.

La « bibliothèque troisième lieu »?

Comment faire de la bibliothèque un lieu si important dans la vie des citoyens, si nécessaire qu’ils aient envie d’y aller pour y passer la journée? C’est une question que se posent les bibliothécaires qui cherchent à capter un nouveau public.

Une idée qui n’est pas nouvelle outre-atlantique (c’est là d’ailleurs qu’elle a émergé dans les années 80) et qui lentement arrive en France. Oui lentement, car le mémoire de DCB écrit par  Mathilde Servet qui est le texte de référence pour nous date de 2009 ! Elle y décrit ces bibliothèques où « des zones silencieuses côtoient des espaces de travail informel, des salles dédiées à la réunion ou des cafés. De vastes plateaux alternent avec des espaces plus modestes ou des niches intimistes. Ce découpage spatial, parfois appelé “zoning”, permet à plusieurs usages de cohabiter dans un même lieu. Il se dégage de ces nouveaux établissements une ambiance stimulante et excitante. La bibliothèque se fait terrain d’expérimentation, de découverte, d’exploration, et s’apparente à un grand terrain de jeux. Îlots thématiques ou décors confèrent de surcroît au lieu une dimension ludique et propice à l’imaginaire. »

Quelle offre de prêt?

L’article indique qu’une bibliothèque propose en prêt des cravates car elle s’est rendue compte que 30 % des visiteurs sont en recherche d’emploi. Fallait y penser…

Si le bâtiment (sa conception, ses espaces, son aménagement…) joue un rôle majeur dans la réussite du concept de bibliothèque troisième lieu, l’offre originale de services et de prêt d’objets, au départ un peu incongrus dans une bibliothèque, participe également à cette réussite. Comment relier habilement besoins des usagers et nécessité de services originaux?

Pour avoir un panorama bien détaillé de ces objets non culturels proposés en prêt par les bibliothèques, je vous invite à lire ce billet issu du blog Le recueil factice : Les collections atypiques : prêter autre chose que des produits culturels?

 

 Pour en savoir en plus :

Sur le concept de bibliothèque troisième lieu :

Sur les grainothèques à Lille dans son réseau de médiathèques :

 

Anne-Sophie Guilbert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s