Le Bookcrossing ou le livre voyageur

book-crossing-rinaldiweb-it-2

On peut dire que de nos jours le livre voyage bien. Je ne parle pas des livres qu’on emmène en vacances, ou dans les transports en commun ; je parle plutôt du livre qu’on partage, celui qu’on prête ou qu’on donne parce qu’on l’a aimé et qu’on veut le faire découvrir à d’autres.

Dans un précédent billet nous vous parlions déjà des boîtes à livres (c’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir la diversité de ces boîtes pimpantes et originales), qui vous permettent de déposer vos livres dans un endroit accessible à l’échelle d’un quartier ou d’une ville.

L’échange dans le quartier c’est bien, mais imaginez que vous puissiez échanger avec le monde entier. Vous en rêviez ? Bookcrossing l’a fait ! Encore mieux que de chasser les Pokémons, ce site vous invite à chasser et relâcher des livres. L’initiative, américaine au départ, s’est largement développée dans le monde. Le système est simple : vous décidez de partager un livre, vous vous rendez sur le site de Bookcrossing.com, qui vous permet d’imprimer une étiquette avec un code et une petite note explicative. Vous déposez votre livre dans un endroit public comme un parc ou un banc public, et vous pouvez ensuite suivre sa trace sur le site. Le code sera renseigné par une personne l’ayant trouvé, qui le lira et le libérera à nouveau dans un autre lieu, etc. C’est beau le partage !

fureur-de-lire-bookcrossing-2014-livre-1-le-grand-meaulnes

Bookcrossing organisé à Mont-de-L’Enclus – Belgique

En parallèle se sont développées d’autres formes de Bookcrossing, comme le Bookrays ou le Bookrings, plus proches des clubs de lecteurs. Dans les deux cas, les lecteurs s’inscrivent sur une liste et se font passer le livre une fois la lecture achevée. Dans le cas d’un Bookring, le livre est sensé revenir à son propriétaire d’origine, ce qui n’est pas le cas pour l’autre.

Et les bibliothèques dans tout ça ? Hé bien les initiatives ne manquent pas. Pour exemple, à la BU Droit-Gestion du campus Moulins, les ateliers universitaires proposent le U2Book. Co-animé par la personne en charge des projets culturels de la fac et deux bibliothécaires, cet atelier a pour principe de partager autour de la lecture, mais c’est aussi l’occasion de faire de temps en temps du troc de livres. Retrouvez les informations sur les réseaux sociaux de la BU : Tweeter et Facebook.

6283839_emma-watson-book-undergroud_1000x625

Photo publiée par Emma Watson sur son compte Instagram

Pour finir sur une petite note « people », Emma Watson (ambassadrice de bonne volonté pour ONU Femmes, créatrice d’un groupe de lecture féministe Our shared shelf), semble adepte du Bookcrossing.

Avez-vous déjà libéré un livre ? Êtes-vous tenté par l’expérience ? Si vous cherchez un prétexte, le 21 mars prochain est la journée internationale du livre voyageur

Chloë Duquesne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s