Quoi de neuf chez les bibliothèques numériques ?

Pour cet avant dernier billet avant l’été, parlons un peu bibliothèques numériques. Cela fait plusieurs années que nous sommes habitués à Gallica et Europeana. Ce sont des projets d’envergure nationale ou européenne, on en a beaucoup parlé lors de leur création, mais avez-vous suivi leur évolution ?

Je vous propose un petit tour d’horizon.

Commençons par Gallica :

  • Gallicadabra. Qu’est-ce que c’est ? Une application de lecture dans laquelle vous retrouverez des abécédaires, des fables et des contes, le tout joliment illustré et intuitif pour découvrir les ouvrages patrimoniaux jeunesse de Gallica. Et le petit plus est que certains contes sont disponibles en versions audio, lus par des comédiens. Un plaisir pour les enfants et les plus grands.
  • Le blog de Gallica est régulièrement alimenté et vous permet de découvrir les ressources de la Bnf sous différents thèmes. Celui de juin concerne les sciences : « Sciences pour tous !« . Un petit voyage dans le temps et de belles images.
  • Très présents sur les réseaux sociaux, les gallicanautes vous permettent de suivre de près les avancées de la bibliothèque numérique et de découvrir régulièrement les richesses de la Bnf : sur Twitter, Facebook, ou encore Pinterest.
  • La dernière nouveauté est une nouvelle fonctionnalité pour les smartphones et tablettes, qui vous permettra de télécharger facilement les documents au format epub de Gallica et de les lire sur votre application de lecture habituelle. Vous retrouverez les informations et la marche à suivre ici.
  • Une autre ressource intéressante est cette carte heuristique qui permet d’offrir un panorama des sources du droit disponibles dans Gallica.

Passons à Europeana :

  • En avril dernier, Europeana 14-18 Transcribe lançait le Transcribathon #AllezLiterature en partenariat avec Actualitté. Le but de cette opération ? Un crowdsourcing dans lequel les internautes prennent part à la retranscription des documents numérisés proposés par Europeana, et dans ce cas précis un cahier de chansons (entre autre) de Pierre Rodot un soldat mort au combat en 1915.
  • En parlant de la guerre 1914-1918, avez-vous été consulté la collection spécifique sur le sujet que vous pouvez retrouver à la fois sous la forme d’un portail mais aussi sous la forme de billets thématiques sur le blog de la bibliothèque numérique ?
  • Le blog d’Europeana vous propose des thématiques qui vous permettront de découvrir de nombreux objets et autres documents. Au mois de juin, cap sur l’Art Nouveau !
  • Vous pouvez également découvrir la nouvelle collection Europeana Photography, qui vous donne accès à 2,312,925 de documents photographiques issus des différentes collections européennes qui alimentent la bibliothèque.
  • Europeana est présente sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Pinterest.

 

Bien sûr il n’y a pas que Gallica et Europeana dans le monde des bibliothèques numériques. En mai dernier, Actualitté a publié deux articles sur des projets qui ouvrent d’autres perspectives sur l’enrichissement des bibliothèques numériques.

Le premier article concerne le projet d’une « Bibliothèque numérique du Moyen-Orient » (Digital Library for the Middle East). L’initiative vient de l’organisation américaine CLIR (Council on Library and Information Ressources), dont le but est de commencer par numériser les ressources disponibles aux États-Unis. A suivre, pour voir si les pays du Moyen Orient pourront concrètement prendre part à ce projet, en y apportant leurs ressources locales malgré le contexte des conflits actuels.

Le second article concerne un partenariat pour la numérisation de la littérature nigériane entre les bibliothèques nationales du Nigeria et de la… Norvège ! Aslak Sira Myrhe, directeur de la bibliothèque norvégienne espère que ce premier projet de numérisation pourra s’étendre plus largement à l’Afrique. A la charge de la bibliothèque nationale du Nigeria de la collecte d’ouvrages, et l’ambassade norvégienne au Nigeria s’occupera du transport jusqu’à Mo i Rana (près du cercle arctique) où sera effectuée la numérisation aux frais de la bibliothèque nationale de Norvège.

 

Finissons sur une note frivole (mais toujours en rapport avec les bibliothèques numériques) avec les « Imprimés de l’été de Gallica« . Une façon comme une autre de se faire mousser aux soirées de l’ambassadeur, en exhibant un fier céphalopode issu du Magasin de zoologie, année 1837, que vous aurez fait imprimer sur votre t-shirt.

Avez-vous entendu parler d’autres projets de bibliothèques numérique ? (Vous pouvez aussi nous dire quel imprimé de Gallica vous envisagez pour votre nouvelle serviette de plage, on prend aussi.)

 

Chloë Duquesne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s