Retour sur la journée Juriconnexion et le salon Legaltech

image_blog

 

J’ai eu la chance d’assister le 7 décembre dernier à la journée d’étude organisée annuellement par l’association Juriconnexion. Celle-ci fédère des spécialistes de l’information spécialisés dans le domaine du droit qui échangent via une liste de diffusion à laquelle je vous recommande de vous inscrire. On y découvre les sympathiques réalités du métier de documentaliste juridique, avec des appels au secours de type « Je suis à la recherche d’une décision du TASS d’Amiens le 21 mars 2016 en matière de protection sociale complémentaire, qui peut m’aider ?». Surtout, on y apprend beaucoup grâce au partage d’expériences (par exemple sur les fonctionnalités avancées de telle ou telle base de données) et à la veille proposée sur les évolutions de la documentation juridique. Parmi les contributeurs réguliers figure notamment Emmanuel Barthes, animateur d’un blog pour l’information juridique fort utile.

La journée d’étude de cette année portait sur le thème des Thèses et mémoires universitaires. Des collègues de l’Abes et de la BIU Cujas (Bibliothèque de référence sur le plan national pour les sciences juridiques) sont intervenus afin de présenter le cadre légal du dépôt des thèses et les outils de signalement et de diffusion mis en place, à commencer bien sûr par le portail Thèses.fr. Dans l’ensemble, les documentalistes juridiques présents n’avaient qu’une connaissance approximative de ces outils, preuve en est que nous avons encore du chemin à faire en termes de valorisation ! Les thèses juridiques étrangères ont également été mises à l’honneur. A ce propos, si vous souhaitez être incollables sur les thèses espagnoles ou allemandes, je vous recommande la consultation du Jurisguide dédié aux Thèses et mémoires universitaires et la sélection de sites effectuée par l’Abes.

Cette journée avait pour particularité de se dérouler à l’occasion du 2e salon de la Legaltech. A l’instar d’autres professions, le monde du droit est engagé dans un processus de digitalisation bousculant les acteurs établis. Une technologie comme la blockchain, dont sont issues les monnaies virtuelles comme le fameux bitcoin, pourrait remplacer à terme le recours à un notaire pour authentifier un acte. De même, de plus en plus de startups proposent des plateformes de robotisation des contrats. La documentation juridique n’est pas en reste. Les initiatives visant à mieux exploiter la masse sans cesse croissante des données juridiques (textes de loi, jurisprudence, doctrine…) à l’aide des technologies du Big Data se multiplient. En témoignent les travaux de l’association Open law ou bien encore le lancement du portail Doctrine.fr en 2016. A suivre donc !

Frédéric Souchon

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s