LIBER ?

Le livre ? L’homme libre ? La partie intérieure de l’écorce d’un arbre ?

Tout cela, mais aussi et surtout la LIgue des Bibliothèques Européennes de Recherche, fondation créée en 1971 et placée sous la protection du Conseil de l’Europe et dont l’un des buts est de constituer un réseau des bibliothèques de recherche soutenant les missions des bibliothèques et promouvant une vision stratégique de leur rôle et de leurs évolutions.

liber-2018-2

LIBER regroupe ainsi plus de 430 membres (bibliothèques nationales, bibliothèques universitaires, bibliothèques de recherche, organismes documentaires, associations professionnelles) dans plus de 40 pays, en Europe et au-delà.

La ligue est pilotée par un conseil d’administration, chargé de définir la stratégie de l’organisation et l’orientation de sa politique et de ses activités, mises en œuvre par le bureau de LIBER (publications, séminaires, etc.). Elle bénéficie également de l’action de commissions (finances, candidatures, organisation du congrès, coordination de la mise en œuvre de la stratégie) et de la contribution de groupes de travail autour d’axes en lien avec la stratégie quadriennale.

Entre 2013 et 2017, la stratégie quadriennale s’est orientée selon trois axes : – communication scientifique et infrastructures de recherche, – repenser les bibliothèques de recherche, – promotion des bibliothèques de recherche et communication. Autant d’éléments qui annoncent déjà la stratégie 2018-2022, axée sur les bouleversements à l’œuvre dans le paysage de la recherche, et dont il sera question plus loin. Parmi les très nombreuses activités et réalisations de LIBER, qu’il est difficile de lister ici, citons notamment les séminaires internationaux et les prises de position, études et interventions en lien avec la fouille de textes et de données (TDM), ou encore avec la science ouverte. La science ouverte a été la thématique du congrès LIBER2018, qui s’est tenu à LILLIAD, à l’Université de Lille, du 4 au 6 juillet 2018 : un moment fort pour LIBER, pour les équipes et pour les congressistes venus en nombre…

Le congrès LIBER2018  à LILLIAD : la science ouverte au cœur des enjeux et des réalisations

Pourquoi vient-on de toute l’Europe pour participer au congrès LIBER ? Les bibliothèques de recherche se trouvent aujourd’hui impliquées, à la fois entraînées et entraînantes, dans la révolution culturelle que représente l’Open Science. Révolution : le mot est lancé, et a été répété à plusieurs reprises au cours des trois jours de ce congrès. Le terme d’Open Science remplace progressivement dans nos discours celui d’Open Access, qu’il englobe dans un mouvement beaucoup plus large : on ne parle plus seulement de rendre disponible les résultats de recherche (publications et données), mais aussi d’ouvrir le processus de recherche et ses différentes étapes (revue par les pairs, évaluation…). L’enjeu de cette transparence accrue est de favoriser la reproductibilité de la science, d’augmenter la fiabilité des résultats obtenus et de diffuser plus largement la connaissance. Dans un monde de la recherche aujourd’hui dominé par une logique de compétition, la transition vers la science ouverte nécessite ainsi une impulsion politique, un engagement des chercheurs et des professionnels de l’information scientifique et technique.

Parmi les nombreuses présentations intéressantes, certaines ont particulièrement retenu notre attention :

  • “First practice, then policy: research-centric approach to data management,” de Marta Teperek (Université de Delft), qui a rappelé l’importance de disposer d’infrastructures et de services avant de mettre en place des politiques de science ouverte. Le fond de curation de données (data refinement fund) qui permet d’allouer jusqu’à 5 000 euros à des chercheurs pour diffuser des jeux de données, est une initiative particulièrement incitative, qui nous rappelle que science ouverte ne veut pas dire absence de coûts des nouvelles formes de diffusion des résultats de la recherche.
  • “Facing the Challenges of research data management: lessons learnt at KU Leuven Libraries,” de Tom Willaert (Université de Leuven). Une présentation qui a insisté sur l’importance de la coopération entre différents services d’une université : bureau de coordination de la recherche, service informatique (au niveau central et dans les unités de recherche), service juridique, service de valorisation économique et bibliothèque.
  • Au cours de la présentation “The OA observatory : initiative to monitor the open access landscape,” Anna Rovira (Université Polytechnique de Catalogne) et Ignasi Labastida (Université de Barcelone) ont présenté leur travail de suivi de la diffusion des publications de leurs institutions respectives. Leur travail porte aussi bien sur la disponibilité en libre accès des productions scientifiques que sur la mesure des dépenses en frais de publications ou le respect des obligations des financeurs de la recherche. Grâce à un mandat institutionnel fort, 75% des publications de l’Université Polytechnique de Catalogne publiées en 2015 sont en libre accès.
28491079457_f6c42a3c4e_m

LIBER2018 © Alexandre Caffiaux Université de Lille

Le Congrès LIBER à Lille a enfin été marqué par l’annonce du plan national pour la science ouverte, par Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Ce plan est composé de 3 axes :

  • Généraliser l’accès ouvert aux publications
  • Structurer et ouvrir les données de la recherche
  • S’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Pour chaque axe, des mesures sont identifiées, qui visent toutes à favoriser un changement structurel des pratiques de communication scientifique. Certaines mesures nécessitent une mise en œuvre au niveau national, comme la création d’un fonds pour la science ouverte ou le fait de rendre obligatoire la diffusion ouverte des publications et des données financées par appels à projets sur fonds publics. D’autres impliquent une action au niveau local des établissements. Voici 3 exemples de mesures du plan sur lequel le SCD a déjà commencé à agir :

  • “Développer les compétences en matière de science ouverte, notamment au sein des écoles doctorales”: le SCD de l’Université de Lille s’est déjà engagé sur cette voie depuis 2015, avec la mise en œuvre de formations doctorales sur la gestion et la diffusion des données de recherche
  • “Communiquer auprès des communautés scientifiques sur les implications de la loi numérique relatives à l’ouverture des publications et des données”: l’outil WillO  a justement été conçu pour sensibiliser les chercheurs à leurs droits et à leurs obligations en matière de diffusion des résultats de la recherche.
  • “Explorer les nouveaux modèles économiques pour les revues comme pour les livres en accès ouvert”: le SCD participe depuis juin 2018 au groupe de travail piloté par la direction de la Valorisation de la recherche sur les revues produites en lien avec l’Université de Lille. Il apporte à la réflexion son expertise sur les modèles économiques, sur le référencement des revues ou encore sur les outils numériques.

Et ce n’est pas tout… Nous reviendrons prochainement sur LillOA, une réalisation du SCD de l’Université de Lille, au service d’une politique ambitieuse en matière de science ouverte…

LIBER demain ?

Nous laissons le mot de la fin à Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille, co-pilote du collège « Europe et international » du COmité français pour la Science Ouverte (COSO) et vice-président de LIBER.

« Depuis 10 ans maintenant, LIBER s’est structurée et a fortement étendu son champ d’intervention. Cette ambition est aujourd’hui synthétisée dans une feuille de route pour les années 2018-2022, qui vise à soutenir vigoureusement la recherche européenne, plaçant notamment la Science Ouverte au cœur de ses préoccupations.

LIBER a livré dès 2017 une vision stratégique à 5 ans, qui trouve aujourd’hui de forts échos dans le récent « Plan S », soutenu par la « cOAlition S », aujourd’hui rejointe par de nombreux acteurs dans et hors Europe. L’importance des professionnels de l’Information Scientifique et Technique comme le travail précurseur des bibliothèques académiques dans la mise en œuvre d’une science plus ouverte s’est logiquement concrétisée en juillet 2018 lors du congrès LIBER à l’université de Lille par l’annonce par la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, d’un plan français pour la Science ouverte.

LIBER considère que le monde de la Recherche aura subi en 2022 de profonds changements, dont les prémices sont déjà visibles. A cet horizon, l’Accès Ouvert sera la norme en matière de publication scientifique ; les données de la recherche seront a minima trouvables, accessibles, interopérables et réutilisables  (Findable, Accessible, Interoperable and Reusable – FAIR) ; des compétences numériques en émergence ou nouvelles sous-tendront une recherche plus ouverte et plus transparente ; l’infrastructure de recherche sera participative, adaptée et calibrée pour répondre aux attentes diverses des disciplines ; enfin, l’information produite aujourd’hui constituera l’héritage culturel de demain.

En 2019, le congrès annuel de LIBER qui se tiendra à Trinity College Dublin, en terres irlandaises, prolongera naturellement le congrès de Lille. La thématique retenue – research libraries for Society – fera en effet la part belle à une science résolument ouverte sur la société civile, dans une dynamique non seulement d’ouverture des résultats de la science vers la société, mais aussi de dialogue avec cette dernière, afin de bâtir pour demain un écosystème de la connaissance plus partagé et plus collaboratif. »

Laurence Crohem, Romain Féret, Marie-Madeleine Géroudet, Cécile Malleret

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s