Les bibliothèques de centre pénitentiaire en redéfinition

Michèle Sales, exerçant en bibliothèque de centre pénitentiaire, a écrit il y une vingtaine d’années sur ce thème. Ses propos sont toujours d’actualité, car elle affirmait déjà : «  La lecture est un droit en soi, que l’incarcération ne doit pas limiter. »

prison

Pour avoir travaillé sur ce type de bibliothèque, je peux commencer par situer la période à laquelle ces établissements apparaissent : au milieu du XIX ème siècle seulement. Semblables à de véritables poumons culturels, ils constituent l’unique lieu dédié à la culture en prison. Le développement de la politique documentaire s’y fait difficilement dans la mesure où, à l’heure actuelle, aucun concours n’existait pour devenir bibliothécaire en ces lieux. Aucun poste n’est réservé à un bibliothécaire de métier, ce sont des associations spécialisées qui travaillent pour le développement de la culture. Des détenus assurent le rôle d’« auxi-bibliothécaires » ( autrement dit : détenus bibliothécaires). C’est ainsi que la question des partenariats avec des associations (comme « Hors cadre ») se pose. Un article est d’ailleurs paru dans le BBF (les bibliothèques de prison ou la nécessité du partenariat), explicitant la nécessité de partenariats pour appuyer les missions. Par exemple, la DRAC a versé une participation pour financer des projets en bibliothèque de centre pénitentiaire.  Par ailleurs, en octobre 2018 une formation spécialisée  en tant qu’auxiliaire (organisée par l’ABF) a vu le jour. Elle s’adresse à toute personne travaillant en bibliothèque (municipale, associative, hospitalière, pénitentiaire, scolaire, en centre de documentation, …), et se déroule à Amiens et Arras, les inscriptions ont été ouvertes pour l’année scolaire 2018/2019. C’est l’une des premières possibilités offertes pour accéder à ce métier.

Il est possible pour les détenus de produire des écrits et se voir réduire leur peine via un exercice de production intellectuelle et culturelle : « le juge de l’application des peines pourra aussi prendre en considération d’autres éléments tels que le fait de travailler ou des exonérations sur les activités » (Guide des droits et devoirs de la personne détenue ). La plus-value que la lecture peut apporter aux détenus n’est pas reconnue. Peu à peu, des normes ont été mises en vigueur afin de cadrer les bibliothèques de centre pénitentiaire. Ces établissements doivent refléter la culture, les loisirs, l’information, l’apprentissage et aussi l’insertion ; tout en s’adaptant à une population diverse : mineurs, femmes et hommes. Leur situation en périphérie des villes n’aide pas en approvisionnement d’ouvrages.

Par ailleurs, différents acteurs s’articulent autour de cette cause centrale :

  • les collectivités territoriales agissent avec les bénévoles,
  • des associations culturelles s’investissent comme précisé plus haut, et
  • certains détenus souhaitent occuper le poste de bibliothécaire (bénévole), en apprenant « sur le tas », sachant qu’une formation spécialisée est désormais ouverte.

Parfois, d’autres bibliothèques (municipales, départementales) s’investissent pour venir en aide aux plus démunis. Le partenariat justice-culture rassemble ainsi environ 6000 professionnels extérieurs. Ce qui représente une masse considérable de population liée aux bibliothèques de centre pénitentiaire : de nombreux bénévoles sont investis dans cette mission. Et d’ailleurs Pauline Pelsy-Johann se penche sur le sujet en produisant le film Entre les barreaux, les mots, consacré à l’association « Lire, c’est vivre ».

Camille Lecoffre

 

Pour aller plus loin :

Michèle SALES. La grande maison. Le Rouergue, 2012. ISBN 978-2-84156-339-5

Joëlle GUIDEZ. Lire en prison : les bibliothèques en milieu pénitentiaire. BBF, 5 septembre 2002 (consulté le 08/03/2018)

Sylvie FERNANDES. Lire en prison : les bibliothèques du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan. BBF, 11 mars 2017 (consulté le 08/03/2018)

Françoise SIRI. La lecture, une respiration en prison. https://www.la-croix.com/France/Initiatives-et-solidarite/lecture-respiration-prison-2019-03-15-1201008950. La Croix, 15 mars 2019 (consulté le 18/03/2019)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s