Quelles pratiques culturelles pour les français à l’ère du numérique ?

La lecture d’un article récent dans Télérama m’a permis de me remémorer les enquêtes élaborées par Olivier Donnat, économiste et sociologue du département des études du Ministère de la Culture, enquêtes que j’avais étudiées dans le cadre des préparations aux concours de bibliothèques…

art-3589055_640

Source : pixabay.com

Petit rappel !!

La première enquête Pratiques culturelles a été lancée dans les années 70 et a pour objet l’étude « des comportements des français dans le domaine de la culture et des médias ». Depuis ce vaste travail a été mis à jour et réactualisé plusieurs fois et a fait l’objet de synthèses et de publications, disponibles ici.

Ainsi avant son départ à la retraite, Olivier Donnat a transmis ses observations sur l’évolution des pratiques culturelles actuelles dans la lignée du travail scientifique au long cours, Les Pratiques cultures des Français à l’ère du numérique…, dans le cadre d’une interview que vous retrouverez en partie en ligne, sinon en intégralité dans Europresse !

Que retenir de ces échanges ? Quelles sont les principales informations concernant les évolutions (la transformation ?) des pratiques culturelles des français ?

  • Nous le vivons dans notre profession, mais évidemment la « culture de l’écran » a modifié en profondeur l’accès et la production de contenus culturels (en partie mobile),
  • La seconde grande tendance est la baisse « de la pratique de la lecture de livres et de journaux imprimés », doit-on faire un parallèle avec les tendances que nous observons en termes de prêt et d’usages de la documentation papier dans les bibliothèques universitaires ?
  • En parallèle, Olivier Donnat souligne la hausse de fréquentation « des équipements culturels » comme par exemple les musées ou les théâtres,
  • Est également souligné le fait que les français portent un intérêt croissant pour les pratiques amateurs : il pointe le succès des écoles de musique / des conservatoires et l’engouement pour l’écriture via « les blogs ou les plateformes d’auto- publication.

L’idée sous-jacente à ces évolutions, commente Olivier Donnat, est la force induite par les mutations technologiques, notamment par Internet et les réseaux sociaux, qui ont bouleversé les conditions d’accès et de productions des contenus culturels disponibles, l’abondance est extrême !

« Le seul problème avec cette profusion est de s’y retrouver » dit Olivier Donnat, cela fait écho aux préoccupations des bibliothèques universitaires soucieuses d’être un maillon dans l’appropriation de leurs publics de compétences leur permettant de discriminer une information fiable et de qualité (comme vu dans un précédent billet), vous ne trouvez pas?

                                                                                                                                     Elsa Devarissias

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s