#PAL d’automne

Il y a bien longtemps que nous n’avions pas proposé une #PAL (ou pile à lire) sur le blog. Les vacances scolaires de la Toussaint étant (déjà) là, nous nous sommes dits que c’était le bon moment pour vous présenter quelques documents qui ont retenu notre attention. BD, romans, film : il y en a pour tous les gouts et dans toutes les BU ! Si vous passez le pas de l’emprunt, n’hésitez pas à nous faire part de votre avis en commentaire. 😉

A la BU SHS lisez « Tu t’appelais Maria Schneider » de Vanessa Schneider

Dans ce livre hommage à sa cousine, Vanessa Schneider nous dresse le portrait celle qui a toute sa vie, été réduite à un uniquement rôle : celui de Jeanne dans le film de Bernardo Bertolluci Le dernier tango à Paris. Trop jeune et peu préparée à l’univers cruel et sexiste du cinéma, Maria Schneider ne s’en remettra jamais. J’ai aimé cet ouvrage car il questionne notre condition de spectateur, comment parfois nous « enfermons » un acteur à un rôle, une réalisatrice à un style ou un scénariste à un genre.

 

A la BU Droit-Gestion, regardez « Visages villages » de JR et Agnés Varda

Dans leur documentaire sorti dans salles de cinéma en 2017, l’artiste JR et la réalisatrice Agnès Varda vont de villages en petites villes, à la rencontre des habitants de cette France qu’on dit profonde. A l’aide d’un photomaton et d’une imprimante sophistiquée, ils affichent sur les murs des maisons et des immeubles, des photos en grand format de leurs habitants. Le projet artistique n’est qu’un prétexte à la rencontre et à la discussion. J’ai particulièrement aimé la relation entre les deux réalisateurs et la rencontre qui se déroule à Bruay-La-Buissiére avec Jeannine, fille de mineur.

 

A la BU Santé, lisez « Par les routes » de Sylvain Prudhomme

C’est un roman sur l’amitié que nous propose ici Sylvain Prudhomme ; sur celle qui relie deux hommes qui se retrouvent après des années loin l’un de l’autre. Il y a l’autostoppeur et Sacha venu s’installer dans le Sud de la France pour débuter une nouvelle vie. Dans l’ouvrage sont évoqués les thèmes de l’aventure, des (nouveaux) départs, des souvenirs qui nous marquent pour toujours et de comment construire sa vie entre désir et raison. Le roman a été sélectionné dans le cadre du Prix du roman des étudiants 2019. Retrouvez ici la sélection du prix, millésime 2020.

 

A Lilliad, feuilletez « C’est comme ça que je disparais » de Mirion Malle

Dans sa BD, Mirion Malle nous parle, avec justesse, de Clara qui souffre depuis plusieurs années d’une maladie souvent minimisée et invisibilisé : la dépression. Elle évoque ses tentatives pour gérer la maladie, ses échecs mais aussi ses réussites pour ne pas disparaitre derrière elle. L’autrice donne quelques « clés » pour aider un membre de son entourage qui pourrait être touché par ce type de pathologie. J’ai apprécié le trait fin et délicat de la dessinatrice ainsi que la sororité qui se dégage de son cercle d’amies.

 

Toute l’équipe du blog vous souhaite de très bonnes vacances ! Rendez-vous début novembre pour le retour de nos publications…

Hélène Mistretta

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s