(Re)découvrir nos BU : méthode d’analyse d’une enquête qualitative

Bonjour, je m’appelle Manolo. Etudiant en première année de Master Communication Numérique à l’université catholique de Lille, j’ai rejoint les équipes du SCD le 1er avril dernier pour un stage d’une durée de 3 mois et demi auprès du service de communication et de la mission enquête des publics du SCD. Ma mission principale pour ce stage était de mener une enquête qualitative auprès des usagers pour comprendre leur perception des BU afin de mieux cerner leurs attentes et usages.

Cette mission s’appuie sur les résultats de deux enquêtes de satisfaction menées de mars à avril et dont les résultats viendraient enrichir les témoignages recueillis lors d’entretiens semi-directifs plus poussés avec certains usagers. Réaliser ces entretiens est une chose plutôt simple en considérant que la phase exploratoire soit bien réalisée. Mais ensuite se pose une question : Comment exploiter ces données qui, à cause de leur nature très hétérogène, ne peuvent être analysées de manière statistique ? Laissez-moi vous expliquer quelle démarche j’ai pu suivre pour tirer le maximum d’informations de ces entretiens.

« Je pense que c’est aussi un des rôles important de la BU, de non seulement mettre à disposition des étudiants des documents, mais surtout des documents fiables. C’est important compte tenu de l’accès à une documentation riche sur internet mais pas forcément de qualité »

Doctorant ATER de droit civil

  1. Passer des entretiens, oui et après ?

La première chose à faire après avoir réalisé les entretiens est de les retranscrire. J’avais pu être averti de la difficulté de cette tâche et du temps que cela pouvait prendre mais je n’aurais pas pu imaginer que ce soit à ce point. Au rythme que j’avais, je dirais qu’il faut envisager de multiplier par 3 ou 4 le temps de l’entretien pour pouvoir le retranscrire. On se retrouve très rapidement à passer toute une après-midi pour retaper un échange d’une heure.

La retranscription reste néanmoins cruciale, d’autant plus si les entretiens sont étalés sur une longue durée. Elle permet de revenir sur chaque échange et d’y apporter des premières réflexions. C’est également le moment pour ajuster certains points de la grille d’entretien pour la suite.

« Les BU du campus sont vraiment des points d’appui qui viennent en aide à mes recherches dans mon domaine »

Enseignante chercheuse rattachée au CEAC

  1.  L’analyse du contenu

Pour ce point, j’ai basé mes recherches sur l’ouvrage « Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives » d’ABRIAL STÉPHANIE.

L’analyse du contenu a pour but de faire ressortir les principaux thèmes, récurrences et associations d’idées dans les différents contextes d’entretien. Le but est de pouvoir segmenter chaque texte pour les interpréter.

Deux approches sont possibles : une méthode déductive qui cherche à valider nos hypothèses de départ, une méthode inductive qui base nos hypothèses sur les données recueillies. J’ai opté pour une approche inductive pour me laisser une grande marge d’interprétation des propos et pour ne pas rester bloqué dans mes hypothèses de départ. A ces deux approches s’ajoute le choix de règles de découpage. Pour cette enquête, j’ai choisi de découper le texte par thématiques. J’ai ainsi pu regrouper les propos tenus sur un même thème à différents moments de chaque entretien.

Lorsque les règles de découpage et de codage ont été établies, une première lecture multiple et attentive de quelques retranscriptions va permettre d’établir une grille unique de catégories qui sera appliquée par la suite à tout le corpus. Cette grille permettra de découper l’ensemble des textes dans des catégories communes.

Voici un exemple de la grille de catégorie que j’ai pu établir (cliquer pour agrandir) :

  1. Lecture de la grille de données

L’analyse par ligne et par colonne de la grille de catégories est appelée l’inférence. Encore une fois deux approches sont possibles : l’analyse par ligne qui se base sur les discours recueillis dans chaque thématique, ou l’analyse par colonne qui se concentre sur les particularités de chaque entretien.

Dans ma démarche, j’ai choisi de réaliser une analyse horizontale afin de mettre en avant quelles thématiques étaient le plus représentées. Grâce à cette démarche, il devient par la suite très simple de rapidement identifier les points importants aux yeux des usagers.

L’analyse d’enquêtes qualitatives est une tâche très longue et laborieuse. On peut rapidement se retrouver noyé dans les données recueillies et avoir du mal à prendre du recul sur ce qui a pu être dit. Réussir à s’approprier une méthode qui nous convient est essentiel pour réussir à tirer le meilleur de chaque échange.

Référence bibliographique :

ABRIAL STÉPHANIE, 2011. Enquêtes qualitatives, enquêtes quantitatives / Stéphanie Abrial, Jean-Paul Bozonnet, Frédéric Gonthier… [et al.] ; sous la direction de Pierre Bréchon. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble. Politique en +. ISBN 978-2-7061-1673-5.

Manolo MUNOZ LAGADEUC

Génération 2021

Génération 2021 est une nouvelle série documentaire diffusée sur France TV Slash. Dans un format assez court (environ 30 minutes) elle présentera des sujets qui préoccupent les jeunes aujourd’hui : l’engagement, la maladie, l’addiction, la prison, le sexe et les réseaux sociaux. Le premier volet est consacré à la détresse étudiante. Que signifie pour eux avoir 20 ans ?

Avant le premier confinement, 1 étudiant sur 5 vivait sous le seuil de pauvreté. Après le premier confinement, 58% des étudiants ont perdu leur job ou réduit leurs activités. Comment vivent-ils, comment étudient-ils dans ces conditions ? Au plan psychologique, comment traversent-ils cette période ? Qu’attendent-ils de la vie estudiantine. Qu’est ce qui leur permet d’avancer malgré tout ? Paroles d’étudiants, de psychologue, de sociologue nous permettent de comprendre ceux que nous côtoyons quotidiennement.

ROUX, Axel (réal) ; CLEMENT, Hugo (Prés). Génération 2021 La détresse étudiante. 31 minutes

Repères conditions de vie 2020
« Ce fascicule présente une sélection de résultats de l’enquête nationale Conditions de vie des étudiants réalisée entre le 12 mars et le 25 mai 2020 par l’Observatoire national de la vie étudiante. »

Pour compléter cette publication :
La vie d’étudiant.e confiné.e. Résultats de l’enquête sur les conditions de vie des étudiants pendant la crise sanitaire.

Le Nevé, Soazig. Lille : les enseignants face à la précarité étudiante [en ligne]. Le Monde. 5 février 2020 p. ECO13. Consulté le 30 Mars 2021.

Isabelle Macquart

Les bibliothécaires et les données personnelles des usagers

J’ai eu l’occasion de participer en novembre dernier à la journée annuelle de l’association Juriconnexion : « Le Big data juridique, enjeux et opportunités » . Une des interventions traitait la question de la protection des données personnelles.

Quand on parle de données et à fortiori du traitement de celles-ci, il faut penser à la protection des données personnelles.shield-105499_960_720

En Europe, cette protection est un droit fondamental inscrit dans la Convention du Conseil de l’Europe du 28 janvier 1981 , ainsi que dans la Directive 95/46/CE du Parlement européen et du conseil du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (en cours de révision depuis 2012, il a abouti en décembre 2015 à un nouveau Réglement général sur la protection des données). Depuis 2006, il existe une journée de la protection des données, elle a été instaurée par le Conseil de l’Europe (suivi ensuite par les Etats-Unis). Un accord entre l’Union européenne et les Etats-Unis est en cours de négociation (Privacy Shield) (vous trouverez ici un article paru dans Le Monde et sur le site les infostratèges.com). Lire la suite

Vais-je trouver une place à la bibliothèque aujourd’hui ? Attention, zombies inside.

complet images_blog veille

 

Je ne suis pas du tout une fan de The Walking Dead. Pas du tout. Les zombies, j’accroche pas, rien à faire, c’est pas mon truc. J’ai regardé il y a quelque temps maintenant les premiers épisodes de la saison 1, et puis… Plus rien. Mais comme tout le monde, j’ai en tête quelques images de corps décharnés, mutilés, obsédés par la chair humaine et, en face d’eux, des petits humains fébriles, retranchés dans des camps entourés de grilles censées les protéger des attaques de ces morts-vivants, et qui balancent désespérément quelques animaux par-dessus les grilles pour essayer de calmer la faim des assaillants… Lire la suite

Optimisons le service de réservation !

Notre collègue de la BU de Nice, Étienne Cavalié a publié récemment un billet sur son blog Bibliothèques [reloaded] au titre volontairement provocateur : « La BU Drive : un concept à creuser ».Frontier_Drive_in_--_24_hour_service,_Missoula,_Montana_(83033)

Le concept du drive, on connaît, celui qui permet d’aller chercher rapidement une commande passée dans un supermarché . Accolé au terme « BU », j’étais intriguée ! Lire la suite

Enquête à la BU

Université de Toulouse. Une infographie en quelques points

Cela aurait pu être le titre d’un polar, mais il n’en est rien. En réalité, est parue il y a quelques jours la synthèse des résultats d’une longue enquête sur les usages de la bibliothèque de Sciences Po Paris. Cela n’a pas été sans nous rappeler “notre” enquête qui est en train de se jouer au SCD.
Explications.

Lire la suite

De la mobilité des bib…

Si les tablettes sont essentiellement utilisées pour moderniser, dépoussiérer une image : examens sur tablettes, prêt de tablettes ou animations,… l’objet de ce billet n’est pas de faire un état des lieux du prêt de tablettes en bibliothèques, pour quels usages, avec quelles applications mais plutôt de s’interroger en quoi la mobilité offerte par celles-ci peut apporter à notre public. wordle Lire la suite

La formation des usagers à distance

Enquête-1

J’ai commencé début février un stage de trois mois portant sur la formation à distance des usagers. Même si le stage n’est pas encore fini, les réflexions et idées que j’ai rencontrées au cours de mes recherches méritent leur place sur ce blog de veille.

Saviez-vous que la Commission européenne a défini très clairement ce qu’était la formation à distance, ou e-learning ? Si l’on en croit un rapport publié en 2000-2001, il s’agit de « l’utilisation des nouvelles technologies multimédias de l’Internet pour améliorer la qualité de l’apprentissage en facilitant d’une part l’accès à des ressources et à des services, d’autre part les échanges et la collaboration à distance. » (source :  site Eduscol)

Lire la suite